Tab_FrI Accueil Services Qualité Contacts

Un petit document à télécharger à la SFT pour faire les bons choix en tant que donneur d'ordre* :

http://sft.fr/risques-et-precautions-en-matiere-de-traduction.html

Bien choisir son traducteur
  1. En langues :
    Un mode d'emploi dans toutes les langues de la CE sera plus rapidement géré par un cabinet plus important .
  2. En temps :
    Dans une entreprise plus vaste, un gros manuel sera "saucissonné" en plusieurs piles, distribuées à plusieurs traducteurs, au détriment de l'homogénéité du texte et de la qualité de relecture.
  3. En argent :
    Le traducteur le moins cher n'est pas forcément le meilleur, et de surcroit il travaille plus pour gagner moins, il sera moins vigilant et ne traquera pas le moindre défaut.
Le gros cabinet est en mesure de traiter des gros volumes plus rapidement, ceci dit, offrir 350 langues dans tous les domaines, signifie simplement que l'on dispose d'un bon carnet de sous-traitance, mais pas nécessairement que l'on maîtrise le contrôle qualité requis.
Le petit cabinet
"colle" à vos besoins s'ils sont réalistes :
En effet exiger un document pour l'avant-veille se fait au détriment de toute qualité.
Le traducteur isolé peut faire du sur mesure dans son domaine, mais il est limité dans sa capacité à répondre à votre dégré d'urgence ou à une demande complexe.
Alors, comment faire de vraies économies ?
Faire appel à un spécialiste pour un travail impeccable vous présentant sous votre meilleur jour
Cerner ses besoins réels
Avoir son lexique maison
Anticiper et planifier ses besoins
Utiliser à bon escient les représentants étrangers
Savoir faire usage d'internet pour l'urgence et la simple information
Vérifier le travail d'un stagiaire – ce n'est qu'un simple apprenant sans expérience
* NDT - Prenez le temps de cerner vos besoins réels.
* NDT- Standardisez votre documentation
« Précédent 1 2 3 4 Suivant »
S1_Qual1